Sidi Mejdoub-Plage

 
 

Vue sur la plage de Sidi Mejdoub

Possédant 124 km de côte, Mostaganem est l’une des destinations préférées en été des Algériens. 

Sidi Mejdoub a toujours été une plage la plus familiale du littoral Mostaganémois.

 

Cabanon mejdoub

Sidi Mejdoub-plage 

Connue pour la splendeur de ses plages sur un littoral de 124 km, Mostaganem est l’une des destinations préférées des Algériens en été. Sidi Mejdoub est la plage la plus "familiale" du littoral Mostaganémois.

Cette plage, au riche passé historique et culturel, est, aujourd’hui, en plein réaménagement après un abandon de plusieurs années suite à une catastrophe géologique causée par l’urbanisation massive qui n’a pas respecté les normes et la nature du sol dunaire de cette région.

Cette plage doit son nom à Sidi M’Hamed El-Mejdoub, un poète du XVIe siècle, qui composait des adages, particulièrement sur les femmes, considéré comme un saint dans la région.

Le mausolée de Sidi Mejdoub se dresse majestueusement sur une colline face à la mer. A ses pieds, on trouve la plage à laquelle on accède par un petit chemin étroit et sinueux, parsemé de cabanons. En regardant d’en bas, on aperçoit le mausolée de Sidi Mejdoub tel un phare qui domine toute la région maritime.

Cette plage qui est le prolongement du quartier Tigditt, est accessible à pied. Autrefois, elle était le lieu de rencontre des familles des quartiers arabes de Tigditt, Souiqa, El-Hana, Kadous El-Meddah et El-Arsa. La Salamandre, la Crique ou encore les Sablettes étaient des plages pour les colons.

Quelques années après sa mort, Sidi Mejdoub fut au centre de plusieurs pratiques sociétales. Hormis les "ziyarate", il a longtemps été l'endroit visité par les mariés que les cortèges nuptiaux viennent le soir au mausolée, faire une prière et avoir la bénédiction du "M’qadem" avant d’aller s’offrir un banquet entre copains.

Evidemment, la pratique a disparu et ce n'est pas seulement pour des raisons de "rationalité" religieuse, mais surtout pour l’inaccessibilité de cette petite plage que l’extension vers l'Est de la ville de Mostaganem (Kharrouba) a complètement ruinée.

A l’époque coloniale, les femmes allaient soit à Sidi Belkacem à Mazagran, soit à Sidi Mejdoub chaque semaine. Elles s’y rencontraient entre femmes et faisaient la fête avec les Meddahate.

D'ailleurs, il y' avait une journée particulière durant toute l’année que l’on appelait "El M'dhella" où des centaines de femmes venaient, chargées de pâtisseries et de boissons, et y passaient toute la journée à faire la fête et à discuter.

Aujourd'hui, la plage de Sidi Mejdoub a été rouverte aux estivants et le site retrouve, petit à petit, son air d’autrefois. Cet endroit magnifique renoue avec ses habitués et accueille de nouvelles personnes qui viennent découvrir la splendeur et la force que dégage ce lieu, véritable mémorial de la ville.

Par : Salim Skander.

Anniv association

Sauvegarde de la plage

L'Association du quartier de Sidi Mejdoub-plage fête, vendredi 14 octobre 2016, la première année depuis le début des séances de volontariat chaque vendredi matin. En effet, les travaux de nettoiement de la plage ont officiellement été entamés le vendredi 16 octobre 2015 sur initiative de l'infatigable Mr Kaid Omar Mejdoub, un enfant de la plage et habitant du quartier. Lire la suite