Marche oran

Marche massive des médecins résidents à Oran

Les médecins résidents ont organisé mardi 9 janvier une marche massive à Oran. La manifestation organisée à l’appel du Collectif autonome des médecins résidents algériens (Camra) a drainé des centaines de médecins, pharmaciens et dentistes résidents.

Le rassemblement s’inscrit dans le mouvement de protestation des médecins résidents qui dure depuis près de deux mois. Il s’est tenu au lendemain de l’intervention télévisée du ministre de la Santé, qui n’a pas convaincu les résidents. « Il n’a rien dit. Il n’a annoncé aucune mesure concrète et le dialogue n’est pas encore réellement ouvert », a déclaré à TSA le Dr Taileb, membre du bureau national du Camra.

En plus des résidents, la manifestation a été renforcée par des centaines de médecins hospitaliers qui ont répondu à l’appel du Syndicat national des enseignants chercheurs hospitalo-universitaires (Snechu), à se solidariser avec les médecins résidents en participant à cette manifestation.

Un grand nombre de médecins exerçant dans le secteur privé ont aussi pris part à la grande démonstration de force des médecins résidents ce mardi, à Oran.

Formant un cortège qui s’est étalé sur plusieurs centaines de mètres et comptant entre 5000 et 12.000 manifestants, selon les organisateurs, les médecins ont sillonné les rues d’Oran et se sont dirigés vers le siège de la wilaya, en face duquel ils ont tenu un sit-in avant de se disperser.

Encadrée de près par les membres du Camra, la manifestation n’a pas connu d’incidents, contrairement au rassemblement du mardi 3 janvier au CHU Mustapha Pacha d’Alger qui s’est soldé par plusieurs dizaines de blessés parmi les médecins et par plusieurs interpellations.

Au même moment, un rassemblement des médecins résidents, d’internes, d’externes et de médecins hospitaliers était organisé au CHU Mustapha Pacha d’Alger. Les quelques centaines de manifestants ayant répondu à l’appel du Snechu, ont tenu un sit-in sur la place principale de l’hôpital avant de sillonner les artères de l’établissement.

La police et les forces anti-émeutes, fortement déployées aux abords de l’hôpital étaient également présentes dans l’enceinte de celui-ci, mais aucun incident n’a été constaté.

Par : TSA.

Santé

Ajouter un commentaire