Zoulikha

A la mémoire de la musicienne Benaoumeur

La jeune musicienne BENAOUMEUR Zoulikha, sociétaire de l’association Ibn Badja de musique andalouse de Mostaganem est décédée le 15 juin 2018, à l’hôpital d’Oran, ravie à l’affection des siens des suites d’une brève maladie qui l’a foudroyée à la fleur de l’âge.

Musicienne talentueuse et soliste à la voix prometteuse, elle gravira avec assiduité les paliers d’un brillant cursus musical, en fréquenta d’abord  la classe d’initiation, drivée par le regretté Sid Ahmed Benalioua, celui-là qui même l’initiera aux premiers rudiments de la musique andalouse, avant qu’elle ne rejoigne la classe moyenne que dirigeait Benalioua Hocine, puis la classe supérieure, placée sous la houlette de Fayçal Benkrizi, où progressivement, ses prédispositions autant vocales que musicales seront mis en exergue, au grand bonheur des mélomanes.

C’est à ce moment qu’elle prendra de l’allant et de l’assurance en se mettant au service d’une musique séculaire héritée des siècles d’or de l’Andalousie médiévale. Ses collègues musiciens et musiciennes, bouleversés par ce triste coup du sort, n’oublieront pas de sitôt cette jeune fille d’apparence frêle, mais dont l’innocente grâce et les hautes qualités morales, en faisaient une personne attachante et respectée.

Née à Mostaganem le 06 août 1997, la jeune Zoulikha était une brillante universitaire qui préparait assidûment un diplôme en Biologie. Tous ses collègues ont en mémoire, l’immense chagrin que la défunte avait ressenti, lors du décès, en septembre 2015, de son professeur de musique, feu Benalioua Sid Ahmed.

En ces moments douloureux, nous pensons à sa famille éplorée et prions Allah de la soutenir dans cette pénible épreuve, comme nous leur présentons, nos condoléances attristées, en demandant au Tout-Puissant, dans ces jours bénis de l’Aïd El Fitr, d’accueillir auprès de Lui, cette enfant candide et pure, qui eut dans la vie un parcours certes bref mais Ô combien lumineux, à l’image d’un brillant météore, dont la clarté luira pour longtemps, dans nos prunelles assombries par cette soudaine disparition.

Telle une mésange effarée par la lumière

Tu t’es envolée à tire-d’aile, vers le Royaume de Dieu

En emportant tes larmes amères et tes prières

Et ton sourire d’enfant, comme une superbe offrande aux cieux

Inna Lillah oua inna ilaïhi radjiôun 

Par : Dr. Mahfoud BENTRIKI

In memoriam

Benaoumeur

Zéphyr qui s’étend mollement au crépuscule

Où l’heure vient s’écarteler aux dessus du noir vallon

Une senteur s’y déploie au dessus des cyprès

Là où le soir y égoutte amèrement sa rosée

Ici, c’est la nuit qui allume une à une les étoiles  

Kyrielle scintillante au confins du Magellan

Haletantes, poursuivant leurs courses elliptiques

Au-delà d’un autre ciel qui s’embellit d’une Nouvelle Etoile : Zoulikha

Poème : Dr. Mahfoud BENTRIKI

Culture

Commentaires

  • Charles Edward de Bruin
    • 1. Charles Edward de Bruin Le 23/06/2018
    De l'autre côté de la Méditerranée, j'apprends la nouvelle qui vous accable. Croyez-bien, tous - les proches et les lointains - à la compatissance dans mon coeur de femme-poète, native du Pays. Forcément réceptive à la parole vivace, je dis toute ma reconnaissance émue à Mahfoud Bentriki qui a su saisir la douleur qui nous étreint. Son Verbe parle de vie aux frontières de la mort qui se veut implacable; Par le pouvoir évocateur de ses vocables et métaphores, il parle de la rosée et du zéphir qui s'étend mollement... Il introduit Zoulikha - cette étoile - qui, désormais nous surplombe pour mieux nous éclairer... Ce faisant, Mahfoud nous fait communier ensemble à la mê me Source en creusant un chemin qui, à coup sû r, mène à l'Espérance. Pour ma part, je crois Zoulikha merveilleusement réveillée. Elle a, pour ceux qui restent, des pensées consolantes qui sillonnent les airs comme des roitelets ! N'y-a-t'il une senteur qui se déploie, nous dit Mahfoud, au-dessus des cyprès ? Et puisque maintenant ses membres sont libérés, elle peut aller chercher la chrismation sacrée aux vertus du COURAGE pour nous l'inoculer... C'est une Fleur de Tiaré qui rejoint les colombes. Mais dans la Terre d'ici, ses saveurs sont restées. Un jour... un jour viendra de grand Matin du Monde où nos coeurs fraternels pourront la retrouver !
  • Khira Ghali
    • 2. Khira Ghali Le 19/06/2018
    Touchant et bel hommage, douleur et chagrin, la regrettée Zoulikha Benaoumeur que Dieu ait son âme en son vaste paradis. Courage et compassion à ses proches. Poème éloquant et débordant de tendresse et de mélancolie. Bravo Dr Mahfoud Bentriki !
  • Mechai Ghania
    • 3. Mechai Ghania Le 18/06/2018
    Je compatis à la douleur de ses proches et leur présente mes vives condoléances pour cette cruelle perte, une rose qui s'éteint à l'aube de sa jeunesse, li allah ma a3ta allah yerhamha.
  • Hafsa Kara-mostefa Sadki
    • 4. Hafsa Kara-mostefa Sadki Le 18/06/2018
    Bel hommage à cet ange ravi à sa famille dans la fleur de l'âge, qu'Allah Lui Ouvre les Portes du Paradis et qu'Il donne patience et sérénité à ses parents et amis.

Ajouter un commentaire